Psychédélices

Mademoiselle Juliette

Mademoiselle Juliette a
Son Roméo dans l’Alfa
De Vérone à Rome elle court
Jolie syndrome de l’amour

Shakespeare s’amuse de sa muse
L’héroïne trouve qu’il abuse
Elle monte vite dans les tours
Le grand écrivain aime lui jouer des tours

Mademoiselle Juliette
A pas vraiment la tête
À choisir entre Montaigu Capulet

Mademoiselle Juliette
Aimerait faire la fête
Champagne à sabrer coke à décapsuler

Mademoiselle prends des ailes
Ne pas se faire mettre en pièce
Dans son rôle elle ne veut qu’elle
Pas de réplique de toute pièces

Cette commedia dell’arte
N’est pas assez déjantée
Qu’enfin William rende l’âme
Il n’y a plus que ça pour éviter le drame

Mademoiselle Juliette
A pas vraiment la tête
À choisir entre Montaigu Capulet

Mademoiselle Juliette
Aimerai faire la fête
Champagne à sabrer coke à décapsuler

Mademoiselle Juliette a
Pas vraiment la tête à
Pleurer sur Montaigu Capulet

Mademoiselle Juliette
Aimerai faire la fête
Champagne à sabrer coke à décapsuler

Ahhhhhhhhhhh…
Ahhhhhhhhhhh…

Mademoiselle Juliette
A pas vraiment la tête à
Choisir entre Montaigu Capulet

Mademoiselle Juliette
Aimerai faire la fête
Champagne à sabrer coke à décapsuler

Mademoiselle Juliette
A plus vraiment la tête
À pleurer sur Montaigu Capulet

Mademoiselle Juliette
Aimerai faire la fête
Champagne à sabrer coke à décapsuler

Mademoiselle

Fifty Sixty

Pretty sixteen
Belle héroïne
Des sixties
Tu te dandines
T’es divine
Quand tu danses dans les yeux d’Andy

Adieu be-bop
Plus au top
C’est le pop-art
Qui te sape
À la trappe
Pop-corn et hoola-hop

Rêve de gloire et de fortune
Chic en Chanel l’amour est toujours glamour
Aux expos tu poses et t’exposes
À 400 ASA tu oses
Toutes les poses

Fifty-sixty
Née en cinquante sexy soixante
Si excitante
S’extasie
Candide elle croit tout ce qu’Andy
Qu’Andy dit d’elle
Qu’elle est la plus belle
De toutes les modèles

Comme une icône
Sous le Nikon
Tu tournes la tête
Au velvet
Et Nico
Te voudrait loin de Lou Reed

À East Village
Y a pas d’âge
On est tous jeunes
Emmène moi
Taxi jaune
La d’où vient la légende

Rêve de gloire et de fortune
Chic en Chanel l’amour sera toujours glamour
Je te regarde en polaroid
Tu sais le temps n’a pas
Pris une ride

Fifty-sixty
Née en cinquante sexy soixante
Si excitante
S’extasie
Candide elle croit tout ce qu’on dit
Ce qu’on dit d’elle
Qu’elle est la plus belle
De tout les modèles

Le flower power
Est mort sur le dance-floor
L’électro le punk n’existe pas encore
Enlève le roll’n’ aux rockers
On a changé d’époque
Le rock roule en roller
La pop est en cloque

Le flower power
Est mort de sa belle mort
New-wave et techno n’existent pas encore
Vas-y joue le ton dernier rôle
N’est plus là le dandy
Mais tu danses encore dans les yeux de Warhol

Fifty-sixty
Née en cinquante sexy soixante
Si excitante
S’extasie
Candide elle croit tout ce qu’on dit
Ce qu’on dit d’elle
Qu’elle est la plus belle
La plus belle

Fifty-sixty
Née en cinquante sexy soixante
Si excitante
S’extasie
Candide elle croit tout ce qu’on dit
Ce qu’on dit d’elle
Qu’elle est la plus belle
de touses les modèles

Mon Taxi Driver

Éteint le moteur
Laisse le compteur
Que les aiguilles jouent les anguilles

Laissons les voleurs
Voler nos douleurs
Laissons rouler ce qui prient

Laisse les menteurs
Nier la chaleur
La mècanique au coeur des filles

Feu vert mon over
Goutte la saveur
Sous mon pull-over

Si sexy mon taxi driver
C’est accidentel
C’est arrêt du cœur

Tarif féerique
Sons périphériques
La rue meurt de tant de fureur

Métal et plastique
La fille élastique
Nous fait danser de vos bonheurs

Feu vert mon lover
Goutte la saveur
Sous mon pull-over

Fais moi une faveur mon lover
C’est providentiel
Ce fut jamais vert

Si sexy mon taxi driver

Ma petite musique (whispering)
Me rend électrique (whispering)

Si sexy mon taxi driver
Langueur et saveur
Rêveur for ever

Si sexy mon taxi driver,
C’est accidentel
C’est arrêt du coeur

Feu vert mon lover
Goutte la saveur
Sous mon pull-over

Fais moi une faveur mon lover,
C’est providentiel,
Ce fut jamais vert

Jamais Plus

Hier never more
Mais hier à tort
Aujourd’hui vois tu
C’est jamais plus

Oublier j’adore
Ca se fait sans effort
C’est vite disparu
Et jamais plus

Never more jamais plus
A corps perdu
Never more jamais plus
Mon ange decu
Never more jamais plus
Tout est foutu
Never more jamais plus

Seule assise au bord
Du vide j’explore
Cherchat une issue
C’est jamais plus

Never more jamais plus
A coprs perdu
Never more jamais plus
Mon ange decu
Never more jamais plus
Tout est foutu
Never more jamais plus

Never more jamais plus
A coprs perdu
Never more jamais plus
Mon ange decu
Never more jamais plus
Tout est foutu
Never more jamais plus

Rapide, indolore
J’ai mieux que la mor-
Phine ou bien jesus
C’est “jamais plus”

Never more jamais plus
A corps perdu
Never more jamais plus
Mon ange decu
Never more jamais plus
Tout est foutu
Never more jamais plus

Never more jamais plus
A corps perdu
Never more jamais plus
Mon ange decu
Never more jamais plus
Tout est foutu
Never more jamais plus

Psychédélices

D’où est d’où vient l’homme
C’est la question qui nous taraude
D’où est d’où est l’âme
Qui donc a inventé le code

Avant toi tant d’autres ont cherché
A le toucher le ciel
Même artificiel

Doué pour voler
L’oiseau existe ta jalousie
Ferme les volets
Tu pourrais te prendre pour lui

Acide est la vie qui t’entoure
Autour de moi l’amour
A si peur du vide

Psychédélices
L’hélice s’éclipse
Tu bois le calice
Jusqu’à l’hallali

Psychédélices
Il n’y a qu’Alice
Pour croire aux merveilles
Apres le réveil

D’où est d’où vient l’homme
Petit marcheur dans le réel
D’où sont ses atomes
De quelle étoile de quelle étincelle

Tu crois que ton corps a des ailes
Que l’ange Gabriel
Est là pour l’annonce

Doux est le satin
Quand la nuit noire s’habille de white
Ta lampe d’Aladin
Soudain brille de cinq cent mille watts

Acide est le temps qui s’en va
Vacille autour de toi
Tu n’en reviens pas

Psychédélices
Déli soleil
Tu bois le calice
Jusqu’à l’hallali

Psychédélices
Il n’y a qu’Alice
Pour croire aux merveilles
Apres le réveil

Décollage

La mélancolie dans le collimateur
Même dans mon lit, sans ordinateur
Escalier de rêve en colimaçon
Colimaçon, en colimaçon

Faire ses bagages pour l’invitation
Choisir le maillot d’après l’inspiration
Je pars d’un souffle et c’est la détonation
Détonation, une détonation

Tu l’entends quand mon homme est mal
Un baiser et je prends le large
C’est le filon phénoménal
Destination, une destination

Se retirer pour un voyage
Le vivre en lettre capitales
Prendre l’envole en coquillage
Une évasion
C’est une évasion

Retomber pour un décollage. Sans altitude
Je m’échappe dans mon coquillage. Par certitude

Sans revenir a mes points de départ
Cherche une étoile pour un rancard
Faite une escale dans ma constellation

A l’aise dans ma bulle à carapace
La tristesse n’a pas sa place
Ce mal de l’aire est inlassable
Faite attention, faite attention

Rechargée quand je sors de là
Son regard me donne de la
Palpitation. Des palpitations

Vien m’enlacer dans tes pétale
Ma peau de nacre. Ta perle dort
J’y entre quand les anges dorment
Situation. C’est la situation

Retomber pour un décollage. Sans altitude
Je m’échappe dans mon coquillage. Par certitude

Quand ma coquille est au creux de la vague
Tu ne pourras pleurer qu’un milligramme
La fée clochette est ma seul copilote
C’est de ma bulle que l’on passe a l’action

A l’intérieur je suis l’antidote
Tout va se dérouler. Comme nous l’avions
Prévu. Avion? Mais ce n’est pas un avion
Comme un avion. Mais les ailes d’un oiseau

Décollage. Sans altitude
Je m’échappe dans mon coquillage. Par certitude

Retomber pour un décollage. Sans altitude
Je m’échappe dans mon coquillage. Par certitude

Retomber pour un décollage. Sans altitude
Je m’échappe dans mon coquillage. Par certitude

Par Les Paupières

Les paupières souvent c’est lourd
Faudrait bien les fermer un jour
Et je chante l’ennui entre les lignes
Des lance-pierres capricieux
S’il te plaît cligne des yeux
Je m’absente je plonge. Dans mes comptines

J’ai besoin de la prunelle, en guise de camisole
Tu me rends luciole
Dès que tu me sens plus belle, ne part pas ça m’isolé
Tu n’connais que si la sol

Ça passe pas par un masque avec les mots d’hier
Ça passe par un regard caché sous les paupières

Je me sens capable
Aujourd’hui d’arrêter la pluie
Cet été le ciel est comédien
Le marchand de sable
Est parti, sans dire bonne nuit
Tant pis, j’ai le sommeil bohémien

Traverser l’hémisphère
A cheval sur la lumière
Tu deviens mon héliport
Parcourir l’univers tout au long de tes paupières
Revenir avant l’aurore

Ça passe pas par un masque avec les mots d’hier
Ça passe par un regard caché sous les paupières

Les paupières closes, tu ne vois rien de sombre
Je suis ta chose
A tes côtés, je perds mes songes
Les paupières closes
Une poussière d’ombre
Je suis ta chose
A tes côtés, je perds mes songes

Ça passe pas par un masque avec les mots d’hier
Ça passe par un regard caché sous les paupières

Ça passe pas par un masque avec les mots d’hier
Ça passe par un regard caché sous les paupières

Lilly Town

Welcome
Bienvenue à Lilly Town valley
La ville color et en forme
Granny pomme

London Ou Rome à côté
sont démodées
Ici pas de miss Hilton
Paris s’étonne

À Lilly Town
Les enfants dansent
Sur des vieux Motown
Dans les cours d’école

Y a même
Un ciel si bleu
Qu’on peut y voir Lucy
Qu’on peut y voir même si l’on veut
John au Gandhi
Ou l’on s’écrit des mots doux comme
Al et Simone
Lilly dans son lit rêve à Lilly Town

Seven petits hommes errent
Dans les bois dormants
Sifflent Angie des Rolling Stones
En changeant l’air

Les nonnes
Ont des cornettes pleines d’ice-cream
Des oreillettes imaginent
Chanter Lennon

À Lilly Town
Les enfants volent
Sur des vieux Motown
Dansent avec les trolls

Y a même
Un ciel si bleu
Qu’on peut y voir Lucy
Qu’on peut y voir même si l’on veut
John ou Gandhi
Ou l’on s’écrit des mots doux comme
Al et Simone
Lilly dans son lit rêve à Lilly Town

À Lilly Town
Les enfants dansent
Sur des vieux Motown
Dans les cours d’école.

Y a même
Un ciel si bleu
Qu’on peut y voir Lucy
Qu’on peut y faire tout ce qu’on veut
Selon ses voeux
Où l’on pique un tout petit somme
Chez Al Capone
Le désir prend le tram à Lilly Town

Ad libitum
Fut le voyage
Balai delay
Faire Bree et le ménage

Ravie
Du bleu du ciel
Et des fa si fa sol
Des autres étoiles, aussi vu
Le do, scellées au sol
Coco lait chocolat cookies macadamiam
Et chaque soir des hommes
Qui jouent aux dames

À Lilly Town
Même le temps danse
Sur des vieux Motown
Dans les heures de colle

Y a même
Un ciel si bleu
Qu’on peut y voir Lucy
Qu’on peut y voir même si l’on veut
John ou Gandhi
Ou l’on s’écrit des mots doux comme
Al et Simone
Lilly dans son lit rêve à Lilly Town

À Lilly Town
Les enfants volent
Sur des vieux Motown
Au-dessus des ronces

Y a même
Le bleu du ciel
Et des fa si fa sol
Des autres étoiles, aussi vu
Le do, scellées au sol
Coco lait chocolat cookies macadamiam
Lilly Town est un rêve
Pour toutes ces dames

Lonely List

Quand je suis triste
Je fais n’importe quoi

Je suis une actriste
Quelques fois

Quelque cicatristes
Sur ma peau
Brouillent les pistes
Jusqu’au cerveau

Lonely list
Mon bébé blue
Lonely list
Ton visage est flou

Je suis une ac-triste
Et je joue
Des rôles de triste
Des rôles de fou
Je ne suis pas soliste
J’ai besoin de toi
Ni même polémiste
D’accord avec toi

Lonely list
Mon bébé blue
Lonely list
Ton visage est flou

Sur ma lonely list
Toi tu es le seul inscrit
Mais s’il tombait
Quelques gouttes de pluie
Sur mon carnet noir
De moleskine
Ton nom serait à
Jamais en ruine

Lonely list
Serait dissout
Lonely list
Mon bébé blue

Lonely list
Serait dissout
Lonely list
Mon bébé blue

Ma lonely list
Quelques tours de piste et puis c’est tout…

Ma lonely list
Quelques tours de piste et puis c’est tout…

Ma lonely list
Quelques tours de piste et puis c’est tout…

Ma lonely list
Quelques tours de piste et puis c’est tout…

Idéaliser

Elle est seule sur le sol
Coulant sous l’alcool
Le vernis se craquelle
Sous l’idole

Se poudrer le faciès
Enrober de soie
Ce qui blesse et qu’on laisse
Derrière soi

Idéaliser
Un passé brisé
Pas réaliser
Qu’il n’est plus là

Idéaliser
Juste supposer
Qu’elle a tout osé
Et lui poser
Un dernier baiser
Un baiser

Ses bras ont défilé
Dans les nuits blanches
Blanche-neige exhibée
Aux archanges

Il neige sur Downtown
Fin des seventies
Le temps c’est de l’automne
Sans surprise

Idéaliser
Un passé brisé
Pas réaliser
Qu’il n’est plus là

Idéaliser
Se faire une beauté
Retourner la scène
Viser

L’aller sans retour
Le saut dans le vide
La petite club-kid

N’aime plus le jour

Idéaliser
Juste supposer

Qu’elle a tout osé
Et lui poser
Un dernier baiser

L’Effet

Je croyais t’avoir faite
Petite fée
Mais c’est toi qui me fais
Bien plus que de l’effet

C’est toi qui m’as fait
Devenir un peu divine
En te donnant ta vie
Je devine que tu vas me ravir
Toute la vie
Et chaque jour que dieu fait
Je te fête

Les arbres sous le vent
Qui soulève ce drap
Se balance pour toi
Que faisaient-ils avant

Le marbre sous le vent
Qui se lève et t’enlève
Se gravera du nom
Que tu lis sur mes lèvres
Ton nom que tout prononce
Bien avant qu’il t’annonce

Je croyais t’avoir faite
Petite fée
Mais c’est toi qui me fais
Bien plus que de l’effet

Long sera l’effet
Toujours il va durer
De moi à tes années
L’effet mère
Toujours il va durer
L’effet mère

J’adore quand tu t’endors
Je te rêve éveillée
Tu es plus qu’un trésor
Un secret à bercer

Et le ciel peut s’attendre
A te tendre les bras
J’ai le cœur à pierre fendre
Des bonheurs d’ici-bas
Il n’y a rien à comprendre
L’amour est hors la loi

Je croyais t’avoir faite
Petite fée
Mais c’est toi qui me fais
Bien plus que de l’effet

Long sera l’effet
Toujours il va durer
De moi à tes années
L’effet mère
Toujours il va durer
L’effet mère

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s